mardi 13 août 2019

Saint Hippolyte de Rome (✝ 235)

Lectures du jour

PREMIÈRE LECTURE

« Sois fort et courageux : c’est toi qui vas entrer avec ce peuple dans le pays »

Lecture du livre du Deutéronome (Dt 31, 1-8)

Moïse prononça ces paroles devant tout Israël : « Maintenant que j’ai cent vingt ans, je ne peux plus être votre chef. Le Seigneur m’a dit : “Ce Jourdain, tu ne le passeras pas !”    C’est le Seigneur votre Dieu qui passera devant vous ; il anéantira les nations que vous rencontrerez, et vous donnera leur territoire. Et c’est Josué qui passera le Jourdain à votre tête, comme l’a dit le Seigneur. Le Seigneur traitera les nations comme il a traité les rois des Amorites, Séhone et Og, et leur pays, tous ceux qu’il a exterminés. Le Seigneur vous les livrera, et vous les traiterez exactement comme je vous l’ai ordonné. Soyez forts et courageux, ne craignez pas, n’ayez pas peur devant eux : le Seigneur votre Dieu marche lui-même avec vous ; il ne vous lâchera pas, il ne vous abandonnera pas. »Alors Moïse appela Josué, et lui dit en présence de tout Israël : « Sois fort et courageux : c’est toi qui vas entrer avec ce peuple dans le pays que le Seigneur a promis par serment à ses pères, c’est toi qui vas remettre au peuple son héritage. C’est le Seigneur qui marchera devant toi, c’est lui qui sera avec toi ; il ne te lâchera pas, il ne t’abandonnera pas. Ne crains pas, ne t’effraie pas ! »

PSAUME (Dt 32, 3-4ab, 7, 8, 9.12)

Le lot du Seigneur, c’est son peuple.

C’est le nom du Seigneur que j’invoque ;
à notre Dieu, reportez la grandeur.
Il est le Rocher : son œuvre est parfaite ;
tous ses chemins ne sont que justice.

Rappelle-toi les jours de jadis,
pénètre le cours des âges.
Interroge ton père, il t’instruira ;
les anciens te le diront.

Quand le Très-Haut dota les nations,
quand il sépara les fils d’Adam,
il fixa les frontières des peuples
d’après le nombre des fils de Dieu.

Mais le lot du Seigneur, ce fut son peuple,
Jacob, sa part d’héritage.
Le Seigneur seul l’a conduit :
pas de dieu étranger auprès de lui.

Évangile du jour

« Gardez-vous de mépriser un seul de ces petits »

Alléluia. Alléluia. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, dit le Seigneur, car je suis doux et humble de cœur. Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 18, 1-5.10.12-14)

À ce moment-là, les disciples s’approchèrent de Jésus et lui dirent : « Qui donc est le plus grand dans le royaume des Cieux ? » Alors Jésus appela un petit enfant ; il le plaça au milieu d’eux, et il déclara : « Amen, je vous le dis : si vous ne changez pas pour devenir comme les enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des Cieux. Mais celui qui se fera petit comme cet enfant, celui-là est le plus grand dans le royaume des Cieux. Et celui qui accueille un enfant comme celui-ci en mon nom, il m’accueille, moi. Gardez-vous de mépriser un seul de ces petits, car, je vous le dis, leurs anges dans les cieux voient sans cesse la face de mon Père qui est aux cieux.Quel est votre avis ? Si un homme possède cent brebis et que l’une d’entre elles s’égare, ne va-t-il pas laisser les 99 autres dans la montagne pour partir à la recherche de la brebis égarée ? Et, s’il arrive à la retrouver, amen, je vous le dis : il se réjouit pour elle plus que pour les 99 qui ne se sont pas égarées. Ainsi, votre Père qui est aux cieux ne veut pas qu’un seul de ces petits soit perdu. »

Commentaire de l'Évangile

Qui est le plus grand ? Nous sommes habitués à juger négativement la présomption des disciples. Pourtant Jésus ne leur reproche pas, ici, cette question. Lorsque Jacques et Jean demanderont les premières places, Jésus ne les blâmera pas de les avoir recherchées. Le désir d’être proches de Jésus dans son Royaume est bon et légitime, ne cherchons pas à l’étouffer. Il devient mauvais lorsqu’il se mue en désir de dominer ou même simplement de se comparer à nos frères.

Chant du jour

Ô mon Bien-Aimé

1. Ô mon Bien-Aimé, Jésus, mon Seigneur,
Sur nos lèvres, ton nom est joie et douceur.
Et plus que tout, ta simple présence
Emplit nos cœurs d’une joie immense !

R. Jésus, Jésus,
Jésus, adoramus te.

2. À tous les affligés, mendiants du pardon,
Tu accordes sans fin la consolation
De reposer, las de leurs errances,
Sur ton épaule, dans la confiance.

3. Quel esprit peut saisir ta grande bonté ?
Et quelle hymne, ô Seigneur, pourrait te chanter ?
Mais tous les êtres aspirent vers toi,
Leur seule fin et leur seule joie !

4. Abaissé, tu t’es livré jusqu’à la croix,
À ta suite est ouvert un chemin de foi.
Tu nous appelles, heureux serviteurs,
À partager la joie du Vainqueur.

Paroles et musique : Communauté de l'Emmanuel (M. Wittal) D'après Jesus, dulcis memoria, Oxford, XIIe siècle Titre original (DE) : O liebster Jesu /© 2017, Gemeinschaft Emmanuel, Kolbergstraße 4, 84503 Altötting Traduction : © 2019, Éditions de l’Emmanuel, 89 boulevard Blanqui, 75013 Paris

Belle journée avec DIEU !

Vous AIMEZ app.decouvrir-dieu.com ?

Si vous n'êtes pas abonné à l'envoi quotidien de Découvrir-Dieu, cliquer ici pour vous abonner

Vous AIMEZ ce chant « Ô mon Bien-Aimé » ?

Découvrir Dieuest un service de prière pour faire une expérience quotidienne avec Dieu

L’Evangile est publié avec l’aimable autorisation de l’AELF (© aelf). Aujourd’hui, il est commenté par le Père Alain de Boudemange.
Il est suivi du chant «Ô mon Bien-Aimé»

(Paroles et musique : Communauté de l'Emmanuel (M. Wittal) D'après Jesus, dulcis memoria, Oxford, XIIe siècle Titre original (DE) : O liebster Jesu /© 2017, Gemeinschaft Emmanuel, Kolbergstraße 4, 84503 Altötting Traduction : © 2019, Éditions de l’Emmanuel, 89 boulevard Blanqui, 75013 Paris ).
Aller à la barre d’outils